L’aquabike, truc de vieux ?

On vous entend d’ici… L’aquabike c’est pour les seniors et les nanas friquées. Nous, on est des vraies, on run. On va être obligées de vous contredire sur ce coup. Retour en détails sur le jour où la Maison Popincourt a cloué le bec de Mademoiselle Run. 

7h45 : allez zou en maillot. On baille, on n’a vraiment pas envie d’aller se tremper dans un bassin chauffé.

8h : le cours commence, on est entouré de pros… ultra-concentrées, elles regardent droit devant, le dos parfaitement aligné, les bras positionnés. C’est parti pour l’échauffement. Le corps se réveille doucement, on regarde à droite à gauche, on papote. Le prof nous dit de respirer tout haut que ça va se durcir. LOL, il sait que j’ai couru un semi et que je sors 4 fois par semaine ?

8h15 : on commence les accélérations assises, jambes fléchis, débout. Ouais les cuisses chauffent un peu. Ça casse pas trois pattes à un canard ce truc, on s’en doutais.

8h25 : ça se durcit dans le pédalage. On ne parle plus… Tiens c’est quoi ça un point de côté ? Non mais seriously ? Ah pas de pause… Cuissots on fire et cardio qui s’emballe. Punaise il reste encore 15min de séance.

8h45 : au bout du roule… On fait pas les malins au moment de sortir du bassin. Sensation bizarre quand on retrouve la terre ferme et là on se dit intérieurement « t’as été mauvais Johnny » ! Le coach nous félicite et nous quitte sur « Intense hein ? On croirait pas. Mais vous verrez vous n’aurez pas de courbatures ».

Leçons à tirer :

  • toujours se faire sa propre opinion
  • l’aquabike s’avère être une activité complète qui fait travailler les muscles en profondeur dans un environnement non traumatisant pour le corps. En situation d’apesanteur, les articulations aussi bien que les tendons ou ligaments ne subissent pas le poids du corps
  • ça vaut la peine dans le cadre d’un entrainement croisé, pour diversifier les activités et/ou en retour de blessure
  • le fait de pouvoir se donner à fond sans avoir de courbatures post workout est une idée qui nous séduit assez
  • dans l’eau, la fréquence cardiaque est 10% plus faible que sur la terre ferme. Le travail d’endurance est optimal, un vrai plus pour nous les runneuses

 

Bilan : l’aquabike c’est dur, on avait tort. Et oui c’est bon et recommandé comme activité complémentaire au running ! Lesson learned 😉


Mademoiselle Run, Healthy Lifestyle. Des gangs de girls aux mollets musclés, des bavardages et des rendez-vous dans la vraie vie. Rejoignez le move.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSTAGRAM